Le projet Novacel Sud-Kwamouth « NSK » se développe à l’Est de Kinshasa, Ce projet est une opération pilote menée dans le cadre du programme REDD+ (Réduction des émissions de gaz à  effet de serre dues à la déforestation et à la dégradation des forêts) du gouvernement de la RDC. Cette action consiste à réaliser un programme agroforestier à grande échelle sur 2.500 hectares, en associant des plantations agricoles alimentaires et des plantations forestières. L’impact attendu du projet touchera directement plus de 10.000 ménages.
BokuLe plan opérationnel a été  mis en œuvre par Novacel tout le long de la dorsale du Sud-Kwamouth, dont le noyau initial se situe à Ibi village. Le projet NSK d’ une durée de trois ans bénéficie d’un financement du Fonds pour les forêts du Bassin du Congo (FFBC). Ce fonds est administré par la Banque africaine de développement (BAD) avec qui le gouvernement de la RDC a conclu un accord de don en août 2011.

Une quinzaine de chefs coutumiers  de Baboma-Sud, de Baboma Banku et de Batéké-Sud, plus d’une centaine de villageois de Boku et de ses alentours ainsi que la société Novacel  adhérent au projet.

Importance du projet REDD

Le projet Novacel « REDD » dans le Sud –Kwamouth (NSK), poursuit deux objectifs fondamentaux :

  • la lutte contre la pauvreté et la misère en Afrique centrale
  • l’atténuation des changements climatiques mondiaux.

La réalisation de ces objectifs passe par trois éléments spécifiques qui sont l’amélioration du bien-être des populations bénéficiaires,  celle du cadre réglementaire au niveau local et la gestion durable des ressources naturelles. Pour atteindre ces objectifs et leurs résultats concrets, Novacel a jugé s’était associé avec deux partenaires internationaux : le  bureau français ONFI (Office national des forêts – international) et le bureau américain WRI (World Ressources Institute).